Le Musée
Le Musée»Les Vignes du Château et leur vendange»La vendange 2004

LA VENDANGE DU CLOS DU MUSEE 2004


Comme à l’accoutumée, la vendange du Clos du Musée au Château de Boudry sert de prétexte à une petite manifestation afin de rappeler le cérémonial de la levée des bans tel qu’il était pratiqué autrefois. Et cette année, c’est le Conseiller d’Etat Thierry Béguin  qui a été le vendangeur d’honneur.

Il convient de rappeler que la vigne jouait autrefois un rôle primordial dans l’économie du Pays de Neuchâtel et que l’approche des vendanges suscitait une effervescence considérable dans toute la population. En effet, tous les habitants du Littoral étaient concernés et la récolte coïncidait avec  le moment de l’année où les gens savaient s’il leur fallait s’attendre à une période de disette ou au contraire une année d’abondance.

Le début des vendanges impliquait aussi tout un rituel où tous les notables étaient concernés. La levée des bans suivait une procédure séculaire qui voulait au final que le maire de la ville, soit le représentant du prince, envoie ses huissiers annoncés à la population le jour du début de vendanges pour que celles-ci puissent se dérouler selon un ordre préétabli qui permettaient aux dîmeurs de prélever la part qui revenait à l’Etat.

Sans comparaison possible, la cérémonie de Boudry n’est là que pour rappeler la tradition et en présence des représentants des confréries bachiques du canton de donner un caractère solennel au début de la vendange.

Ainsi, un vendangeur d’honneur est présent, en l’occurrence cette année M. Thierry Béguin qui a profité de la circonstance pour rappeler les liens qu’il a avec la vigne et que, parmi ses projets, il a l’intention de planter quelques ceps autour de sa maison pour retrouver certaines joies d’enfance.

M. Eric Beuret, quant à lui, a brossé un état du vignoble afin de rappeler que l’année 2004 était sans conteste dans la bonne moyenne.

Ensuite, armé d’un sécateur, M. Thierry Béguin s’est attaqué au pinot noir qui semble être son cépage de prédilection.

Cette vendange a donné des sondages qualifiés de bon, qui laissent augurer que le millésime 2004 sera à la hauteur des attentes des dégustateurs.

La cérémonie s’est terminée par une traditionnelle verrée.

Patrice Allanfranchini